Supporté par

Factor
Canada
Ontario Media Development Corporation

Supporté par

Factor
Canada

Partenaires

Français
 

Blogue

 

Polaris 2011: dans les coulisses du gala

· par Tab S.

Et voilà, c'est fini pour cette année…sauf qu'on écoutera encore longtemps bien sûr les fantastiques albums nominés pour le Prix de Musique Polaris 2011. Félicitations aux gagnants du Polaris 2011, les montréalais d'Arcade Fire!

Si vous avez raté le gala, n'ayez crainte : il y a de nombreuses façons de revoir les incroyables prestations des nominés Ron Sexsmith, Austra, Galaxie, Timber Timbre, Braids, et Hey Rosetta!, sans compter les réparties amusantes entre les deux co-animateurs de la soirée, Grant Lawrence de CBC Radio 3 et Damian Abraham de MuchMusic (leader du gagnant Polaris 2009 Fucked Up).

CBC Radio a condensé les moments forts de la soirée en un pratique podcast, et ils ont également de très bonnes photos et vidéos de l'événement. MuchMusic rediffusera l'événement à la télévision samedi 24 septembre à 22h HE, mais vous pouvez aussi voir des extraits de la soirée sur le microsite de MuchMusic spécial Polaris, dès à présent.

Étant donné que nous avons eu le privilège d'être au Temple Maçonnique hier soir, le blog Polaris semblait le lieu idéal pour partager certaines informations, en vous offrant une vue sur certains des moments mémorables de ce grand spectacle, ainsi que certains instants en coulisse, lors de la conférence de presse qui a suivi le gala.

Les prix non-officiels du Gala Polaris 2011 :

Meilleure tenue vestimentaire : Nous allons devoir annoncer une égalité. Il est difficile de dire lequel des co-animateurs Grant Lawrence (pas facile de porter un costume beige, mais il l'a assumé avec aplomb) ou Damian Abraham (qui s'est tellement bien arrangé qu'il ressemblait plus à un banquier qu'au leader d'un groupe de punk dans son costume noir avec cravate rayée) avait l'air le plus chic hier soir. Mention spéciale également au fondateur de Polaris, Steve Jordan, toujours très chic, qui avait ajouté à son costume façon Man-in-Black un nÅ“ud papillon en satin violet.

Pire tenue vestimentaire : Cette distinction revient à Grant Lawrence, avant qu'il ne se change pour revêtir son costume,. Lawrence est apparu dans un chandail orange extra large, un microphone enroulé autour du cou et de fausses gouttes de sang coulant sur son front (par chance, ce n'était pas sa tenue d'animateur du gala). Il s'agissait juste d'un clin d'Å“il à son compère, sachant que le chanteur de Fucked Up est connu pour garder les choses très simples (au point de souvent casser des objets sur sa tête).

Plus haut volume : Les rockeurs montréalais de Galaxie ont définitivement fait du bruit, envoyant les critiques musicaux les plus aguerris au balcon, à la recherche d'une paire de bouchons d'oreille.

Meilleures choristes: Non seulement les choristes d'Austra, Romy et Sari Lightman, réussissent à égaler la dynamique vocale de leur chanteuse mais elles sont également jumelles! Les montréalais de Galaxie ont fait leur impression aussi mais avoir deux chanteuses qui réussissent à rendre les maracas sexy mérite le prix.

Chant le plus éthéré : À la fois Katie Stelmanis, chanteuse d'Austra (ayant reçu une formation de chanteuse d'opéra) et Raphaelle Standell-Preston de Braids ont fait preuve de compétences vocales impressionnantes durant leurs prestations respectives. Stelmanis nous a jeté un charme gothique avec son soprano inquiétant, tandis que les vocalises Bjork-esques de Standell-Preston ont couvert d'or les mélodies complexes de Braids.

Présentation la plus étrange : Nous ne la répèterons pas ici car il vaut mieux le voir par vous-même, mais la présentation de Braids par Vish Khanna de CBC Radio 3 compte sans conteste parmi l'une des plus étranges de l'histoire de Polaris. Lui seul sait si cela visait à être drôle ou simplement déroutant, mais une chose est sûre : elle a certainement suscité des réactions.

Plus grosse gaffe : Il semblerait que ce n'était pas la soirée pour Khanna, qui a réussi à briser le cadre de l'affiche originale d'Arcade Fire (au grand amusement des membres du groupe).

Meilleur combinaison artiste / salle : L'atmosphère glauque et sinistre de Timber Timbre allait extrêmement bien avec l'enceinte de l'intimidant Temple Maçonnique.

Performance la plus applaudie : De loin, Timber Timbre semblait avoir la foule clairement de son côté avec leur deux morceaux aux allures cinématographiques.

Meilleurs invités: “Oh, hey, regardez – est-ce que ce n'est pas Dave de Moxy Fruvous qui joue avec Ron Sexsmith ? Et le duo Tasseomancy joue dans Austra! Whoa, regardez le quartet à cordes de Timber Timbre, ce sont des membres de Ohbijou!â€

Absents les plus prévisibles :La superstar du R&B The Weeknd a clairement décidé de maintenir le mystère qui l'entoure, bien que maintenant qu'il a commencé à donner des performances live, un tour sur la scène de Polaris lui aurait peut-être été bénéfique.

Meilleure apparition d'une star internationale du rock : L'animateur Grant Lawrence a souligné la présence dans la salle du légendaire groupe écossais Teenage Fanclub.

Meilleure bataille de nourriture : Des membres d'Arcade Fire ont aidé à maintenir la dorénavant traditionnelle bataille de nourriture Polaris en lançant différentes choses sur le co-animateur Damian Abraham.

Meilleurs remerciements : Plus de performeurs devraient prendre de la graine du leader d'Arcade Fire Win Butler. Ses paroles brèves mais éloquentes après leur présentation ont été un excellent exemple d'un nominé utilisant bien son temps sur scène. Note aux futurs nominés : nous savons que les musiciens canadiens sont humbles, mais moins de marmonnement et plus d'articulation svp!

Meilleur imitation d'un canadien par un américain :.
La chemise carottée et la veste de jeans de Win Butler, leader d'Arcade Fire, semblaient plus vrais que nature.

Moment d'émotion #1 : Après avoir fait taire même les plus blasés des critiques avec sa voix puissante, Rahaelle Standell-Preston de Braids n'a pu articuler qu'un balbutiement nerveux en acceptant l'affiche commémorative du groupe : « On est presque tombés à terre quand on a appris qu'on était nominés » a t'elle déclaré, les yeux écarquillés.

Moment d'émotion #2 : Suite à la prestation de Braids, Richard Reed Parry d'Arcade Fire s'est déplacé pour féliciter le jeune groupe pour leur performance. L'air impressionné sur leurs visages était adorable, mais le geste a également souligné comment Polaris rassemble la vaste étendue de la scène musicale canadienne sous un même toit.

Moment d'émotion #3 : En acceptant le prix de 30,000$ à la fin de la soirée, le leader d'Arcade Fire Win Butler a pris un moment pour tirer son chapeau aux jeunes : « Je veux simplement dire à chaque personne de moins de 18 ans qui fait de la musique….je veux revenir ici dans dix ans et voir un groupe faire un album meilleur que le notre, alors foncez ».

Citations et notes de l'après-gala :

À la suite de la conférence de presse dans la très menaçante « chambre du jury » du Temple Maçonnique, nous avons discuté avec Jeremy Gara et Richard Reed Perry pour recueillir leurs impressions du prix Polaris

Richard Reed Parry:C'est tellement important que quelqu'un essaye de créer un prix indépendant et libre qui semble se concentrer sur les albums et les artistes eux-mêmes.

Jeremy Gara:Le prix semble reconnaitre la communauté et tous les genres de musique. Nous sommes très fiers d'en faire partie.

Tirés de la conférence de presse :

Arcade Fire, sur ce qu'ils vont faire avec les 30,000$ de récompense :

Win Butler: Nous n'y avions pas vraiment pensé, parce qu'on ne s'attendait pas à gagner…On a commencé à construire un studio à l'extérieur de Montréal après notre premier album, et quand on ne l'utilise pas, on laisse d'autres groupes y enregistrer. C'est important dans une communauté musicale d'avoir un lieu où les gens peuvent s'enregistrer dans un cadre professionnel.

À propos du Mercury Prize, prix en Grande-Bretagne qui a inspiré Polaris :

WB: [faisant référence aux anciens gagnants du prix Mercury, Antony & the Johnsons] L'industrie cherche toujours une occasion de récompenser des chanteurs d'opéra qui se travestissent…

À propos de l'étrange salle gothique où a lieu la conférence de presse :

WB:C'est vraiment étrange qu'on soit dans un temple maçonnique en ce moment. Je ne sais pas si vous avez lu le Da Vinci Code, mais…

À propos du prix Polaris :

JG: Quand la Liste de Pré-sélection sort, il y a 40 noms, et vous connaissez beaucoup de ces gens ; vous voyez l'étendue de la musique canadienne.

WB: On connait beaucoup de gens ici (Austra, Colin Stetson, Destroyer, Fucked Up)… En un sens, on se sent un peu moins dans un monde étranger.

RRP: On a l'impression que ce prix se résume à « choisissons un groupe de gens qui font des trucs intéressants ». C'est ce qui me plait.

Et juste avant que nous le laissions enfin filer et profiter de la soirée, nous avons poser quelques questions à Grant Lawrence sur ces impressions sur cette première expérience de co-animation avec Damian Abraham :

Grant Lawrence: On a eu beaucoup de fun. Ce que j'aime avec Damian c'est qu'il est prêt à faire n'importe quoi et à aller n'importe où. Parfois c'est bon de prendre des risques. J'ai plus de complexes que lui par contre, il voulait que j'enlève ma chemise, mais il m'a eu avec ça, je n'étais pas prêt à aller aussi loin. Il n'a peur de rien, ce qui est formidable. J'espère qu'on le fera à nouveau l'an prochain.

Voilà un autre gala et une autre année qui se termine. Mais n'oubliez pas de garder un Å“il sur le blog pour des nouvelles continues sur le monde du Prix Polaris. Après tout, nous pensons déjà à l'an prochain, les bons albums ne cessent de voir le jour!

La réalisation de ce site web a été rendue possible grâce au soutien de Ontario Créatif.

Ontario Creates
 
Français
English

Abonnez-vous pour être sur notre liste

En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des communications électroniques du Prix de musique Polaris, contenant des nouvelles, des mises à jour et promotions concernant le Prix de musique Polaris. Vous pouvez vous désabonner à tout moment. info@polarismusicprize.ca

Annuler